L’Oasis de Paix  : Nouvelle ressource pour les personnes en fin de vie

unite-oasis-de-paix_12Un peu plus de 4 ans séparent le moment de la levée de première pelletée de terre et l’inauguration d’une toute nouvelle ressource à même l’hôpital Marie-Clarac. La photo avait de quoi étonner mais les Sœurs de Charité de Sainte-Marie voulaient appuyer concrètement leur Supérieure Mère Pierre-Anne Mandato. Cette religieuse aura su surmonter les embuches et les contraintes ayant été sur sa route. L’Unité Oasis de Paix est maintenant réalité. Ainsi, 40% des besoins de lits pour les personnes en fin de vie à Montréal sont enfin comblés !

Elle est intégrée à un tout nouveau pavillon de l’Hôpital Marie-Clarac  : Pavillon Mère Anselme-Marie  qui contribuera à l’amélioration de la dispense des soins offerts dans le réseau de la santé.

Mère Pierre-Anne et Docteur Guy Legros , dga & dshp intérimaire, se sont assurés que l’humanisme qui caractérise l’hôpital et son personnel, se perpétue dans le nouvel immeuble.  C’est qu’en soins palliatifs, l’environnement fait toute la différence. Tout a été pensé afin de bonifier la qualité de vie et assurer sérénité et dignité aux personnes en fin de vie et à leurs familles.

La réalisation de ce projet trouve son origine dans le succès de la campagne de financement 2011-2015 de la Fondation de l’hôpital Marie-Clarac. Il faut souligner la contribution exceptionnelle et l’engagement social de plusieurs personnalités du monde politique et du milieu des affaires et la participation de nombreux donateurs. Il y a aussi une belle amitié dans toute cette histoire. Mère Pierre-Anne et Mère Générale en poste à Turin en Italie sont des amies depuis l’adolescence. La détermination de Mère Pierre-Anne jumelée à l’appui inconditionnel de Mère Myriam ont permis à tous et à toutes d’arriver à cette étape qui permet à 18 personnes à la fois de bénéficier d’un environnement tout en douceur.


Visionnez la vidéo

unite-oasis-de-paix_09Pavillon Mère Anselme-Marie

Contre vents et marée et Dieu aidant, nous y sommes parvenus. Notre foi profonde dans ce projet, l’appui de généreux donateurs et le support indéfectible de nombreuses personnes nous permettent de contempler aujourd’hui ce pavillon moderne que nous souhaitons convivial, accueillant et au service des personnes vulnérables.

Dès l’instant où nous avons accueilli nos premiers patients, j’ai vu encore plus toute l’importance, toute la signification de cette nouvelle ressource qui abritenotamment l’Unité Oasis de Paix pour les personnes en fin de vie. Je sais que la sérénité qui nous anime depuis toujours à l’Hôpital Marie-Clarac, sera au cœur de notre action.

unite-oasis-de-paix_11Il y a une importante leçon de vie à tirer de la réalisation de ce projet.  Notre idéal se doit être élevé.  Un projet destiné au mieux-être de nos semblables ne peut pas ne pas réussir. Notre foi en lui doit être inébranlable. Nous devons trouver les moyens pour le réaliser. « Si je le veux, je le peux » et Dieu sait combien j’ai prié pour qu’il puisse voir le jour.

Cette ressource veut dire énormément pour moi puisque j’ai toujours été près des soins de santé. Lorsque je suis entrée en communauté avec les Sœurs de Charité de Sainte-Marie il y a déjà plus de 50 ans, je suis devenue infirmière.   Aujourd’hui,  Docteur  Guy Legros, toute l’équipe de direction et l’ensemble du personnel, sommes guidés en particulier par un mot  :  Sérénité !   Tout a été pensé et aménagé en fonction de ce critère.

L’Oasis de Paix c’est l’aboutissement d’un rêve pour moi mais cette unité sera pour la plupart des résidents, l’aboutissement du parcours sur terre. Alors, pas de compromis possible sur la qualité de ce qui leur sera offert.  Immédiatement, je dis merci aux formidables membres du CABINET  de financement  ayant permis de recueillir une bonne partie de l’argent nécessaire à la réalisation de ce projet.

unite-oasis-de-paix_04Laissez- moi vous raconter brièvement ce qui m’a amené à me tourner vers ce grand projet. C’est que j’ai dû  accepter  il y a quelques années, le départ vers une autre ressource d’une femme qui souhaitait  finir ses jours ici après trois mois d’hospitalisation avec nous. Malheureusement, nous ne pouvions pas aller plus loin. Notre mandat et nos moyens s’arrêtaient là. Je suis partie de ce chagrin et je me suis dit que l’on pourrait faire changer les choses. C’est ce qui m’a guidé ces dernières années. J’avais toujours ça en tête et dans mon cœur.

Depuis, en accord avec l’Agence de Santé et des Services Sociaux de Montréal , nous avons aménagé au deuxième étage de l’hôpital , une toute petite unité de quatre lits pour les soins en  fin de vie. C’est modeste mais je sais que nous avons fait une différence. L’humanisme est au cœur de notre existence dans cet hôpital de réadaptation.

Je veux dans le cadre de ce message, remercier une femme de grande bonté, Mère – Madre Myriam Sida ( Mère Générale en Italie  ). Je veux la remercier du fond de mon cœur. Elle nous a vraiment accompagné et soutenu financièrement depuis le tout début.   MERCI ENCORE UNE FOIS  au nom de ces familles, qui devront composer avec  le départ d’une personne à laquelle, elles tiennent.

unite-oasis-de-paix_16Nous  allons leur tenir la main dans l’amour comme on l’a toujours fait. Je dirige cet hôpital depuis 1999. Lorsque les gens repartent de l’hôpital, lorsque nous croisons nos aînés aux résidences, ils aiment  nous dire qu’ils apprécient le fait que jamais, ils ne se sentent bousculés, que toujours nous prenons le temps nécessaire, qu’ils ne ressentent jamais de crise à l’intérieur des murs. Nous sommes fiers de cette approche. Nous sommes et nous serons ici pour accompagner la personne ( aide spirituelle, médicale, soulagement de la douleur).

Chacun, chacune des membres du personnel a choisi d’être ici en sachant que chaque jour, minute, seconde  peut faire la différence qui permettra le départ en toute sérénité, MERCI ENCORE à tous ceux et celles qui m’ont accompagnée, m’ont encouragée sur cette route où je me déplaçais avec mon bâton du pèlerin.

Merci Dieu de tout ce que Tu fais pour nous !
Sr Pierre-Anne Mandato, Directrice-générale de l’Hôpital Marie-Clarac

2014-11-11-SOINS-PAL-photos-ersonnel-et-aumonier-030-compressor (1)« Lire témoignage du Père Jean-Marc Barreau »

Bonjour,

Permettez-moi de vous le souhaiter avec l’expression «  Shalom  »  ! Ce mot hébraïque que l’on traduit souvent en Français par «  paix  » exprime au mieux ce que je souhaite apporter à chacun (e) des patients, familles et professionnels, comme aumônier  de l’  «  Oasis de paix  » à l’hôpital Marie-Clarac.

unite-oasis-de-paix_05

Prêtre catholique (I.V.D), docteur en théologie (Ph.D et D.Th), mon champ de recherche et d’expertise est celui de la «  Vulnérabilité humaine en postmodernité  ».

La page d’évangile qui inspire mes actions pastorales est celle des «  Disciples d’Emmaüs  (Lc, Ch. 24, 13-35). Jésus marche avec ces deux hommes, se tait et écoute, compatit et intercède, accompagne leur chemin d’humanisation … Il faudra donc du temps avant que le pain ne soit rompu.

Aumônier de prison en région parisienne, six ans comme curé de paroisse (Laurentides), auteur d’un ouvrage sur la société québécoise (Fides, Montréal, 2008), d’un autre sur la vision anthropologique et pastorale de Saint Jean-Paul II (Salvator, Paris, 2014), je demeure un passionné de la Vie.

La «  Vie vivante  », aime à titrer Jean-Claude Guillebaud. Cette Vie vivante, j’aime la proposer aux patients et à leurs familles car les soins palliatifs sont une école de vie.

En vous remerciant de m’autoriser à faire chemin avec vous, je vous salue respectueusement,
Un frère d’humanité,
Père Jean-Marc Barreau (I.V.D)

[/accordion_item] [/accordion]

Docteur Karas Oasis de PaixBonjour à vous,

Je suis Maria Karas. J’ai le privilège d’être le médecin qui encadre l’activité médicale à L’Oasis de Paix. Je dis privilège parce que les collègues médecins qui m’accompagnent dans cette aventure, sont les premiers à reconnaître que c’en est un d’accompagner chacune des personnes qui entre dans cette phase de la vie. Je pratique la médecine depuis une bonne trentaine d’années. Chez nous, c’est même maintenant de mère en fille puisque Anna œuvre dorénavant à mes côtés à Marie-Clarac.

Depuis 3 ans maintenant, j’ai découvert concrètement cet univers des soins palliatifs. J’en avais une connaissance approfondie puisque je m’intéresse à tout ce qui entoure la médecine mais d’être au là au quotidien auprès d’une clientèle vulnérable et attachante, c’est quelque chose d’unique.

J’ai grandi en y pratiquant avec mes chers collègues dévoués, une médecine globale autant physique que spirituelle et psychologique. Personne ici n’a œuvré en silo, nous nous complétons. Nous nous consultons. Nous communiquons entre nous et nous en faisons autant avec les familles que nous accompagnons en douceur.

La médecine, je l’ai pratiquée ici, en Ontario, en Europe et en Afrique mais l’approche humaine telle que je la vis ici à L’Hôpital Marie-Clarac, a quelque chose d’exceptionnel. Je tiens d’ailleurs à remercier les collègues des autres services qui se joindront à moi et à notre équipe de six médecins; le point commun de tout ce monde : le dévouement pour les patients et leurs proches,

Merci à vous et permettez-moi de vous présenter mes collègues médecins de cette unité :

Maria Karas ,
médecin chef Oasis de Paix

Bonjour,

Je suis Lucie Robert infirmière depuis plus de 30 ans déjà. Mes 3 dernières années m’ont permis de découvrir une dimension bien différente à mon travail et dans ma vie de tous les jours. La direction de l’Hôpital Marie-Clarac m’a confié à l’automne 2011, la responsabilité de notre toute nouvelle unité de 4 lits en soins palliatifs.

Je vous dirais que j’ai vu notre équipe se transformer graduellement. Ensemble, nous avons grandi et développé au contact de ces patients et de leurs proches, des habiletés insoupçonnées jusque là. Pour nous qui avions toujours œuvré en réadaptation, on a découvert notamment les limites de la médecine et les limites de l’être humain.

Ce qui me rassure à notre toute nouvelle unité Oasis de Paix, c’est que le personnel m’ayant accompagnée depuis le début, est encore là à mes côtés. Ce sont vraiment des gens de cœur qui ont tellement compris l’importance de chaque jour, de chaque minute.

Je pense que vous comprendrez que les liens qui se tissent dans une aventure humaine semblable, ne se racontent pas dans un texte. Par contre, je veux vous dire que je remercie la vie de me permettre d’avoir un tel privilège,

Lucie Robert,
chef Unité Oasis de Paix de l’Hôpital Marie-Clarac

Après une longue carrière dans le domaine de l’éducation, voilà que le chemin de la retraite m’a conduit vers le bénévolat aux soins palliatifs à l’Hôpital Marie-Clarac. J’y ai découvert un humanisme exceptionnel et toute une « école de vie ».

C’est un lieu de transformation, de croissance pour tous. Nos contacts avec les patients et leurs proches sont teintés de valeurs profondes : respect, sérénité, dignité.

Je crois humblement que la famille des bénévoles s’agrandit et vient ajouter une présence rassurante et attentive auprès des patients et de leurs proches.

Je veux mettre en relief l’approche et l’implication de l’équipe du personnel des soins palliatifs. Je le vois davantage depuis novembre, elle nous émerveille par la qualité des soins apportés au quotidien.

Je suis privilégiée d’œuvrer dans un tel contexte et témoigner que l’ouverture du pavillon Oasis de paix est d’abord et avant tout une histoire de cœur.

Johanne Kenyon